Mouillage et amarrage

Pour le mouillage principal, prévoir une ancre moderne de type Spade ou Rocna de 15 à 20 Kg, avec manille inox de 12mm (toujours utiliser des manilles 2mm plus grande que la chaîne), 50 mètres de chaînes de 10mm, l’émerillon (12mm) + encore 60 mètres de câblot de 18 (polypropylène 3 torons) terminé par l’étalingure pour fixer le tout au bateau (Fig. 1).

La longueur totale de la ligne de mouillage doit être d'au moins de 5 fois la longueur du bateau, soit un minimum de 60m de chaîne résistant à 2 200 Kg (donc au moins 10 mm) et au moins 40 m de câblot nylon de 14 à 16 mm pour Mikeno VI. Ces informations proviennent de l'excellent document Mouillage.pdf du site Les Sangriaquilamis.

  • Un guindeau électrique Lofrans mais peut-être aussi un guindeau manuel de secours. Il est recommandé de reporter l’effort au moyen d'une griffe qui s'accroche dans la chaîne et reliée au moyen d'un bout en nylon à un taquet (Fig. 2).
  • Prévoir aussi un orin avec une petite bouée d'environ 30 cm de diamètre frappée au moyen d'un bout (l'orin) à un orifice sur le diamant de l'ancre pour les fonds rocheux.

Pour le deuxième mouillage, prévoir la même chose que pour le mouillage principal et le placer si possible à l’avant du bateau mais avec une ancre à jas qui est plus adaptée pour les fonds rocheux

Ajouter encore un mouillage à l’arrière avec une ancre plus petite (10-15 Kg) comme la Fortress, 40 mètres de chaîne (10mm) et 50 mètres de cordage.

Pour la chaîne et autres éléments, préférer le galvanisé qui est plus résistant que l'inox.

Prévoir aussi suffisamment d'amarres (5 x 20m), prévoir aussi de longs cordages flottants (2 x 100 et 2 x 50) en Polypropylène.

Prévoir 4 amortisseurs d’amarres (plus 2 en réserve) en caoutchouc.

Prévoir aussi du câble (4 x 6 m avec cosse à chaque bout) de 6 mm en acier inox, comme celui utilisé pour les filières (il peut tenir près de 3 tonnes à la rupture), afin de pouvoir amarrer le bateau à terre à des arbres ou rochers plus ou moins éloignés sans abimer le cordage. On peut aussi utiliser des bouts de chaîne.

Prévoir 8 défenses cylindriques (81 x 23 cm) avec œillet à chaque extrémité pour les utiliser horizontalement ainsi qu'une défense ballon, dégonflée dans un coffre, en réserve et bien utile pour les coups durs. Se gonfle avec la pompe à vélo ou celle de l'annexe.

Prévoir une ou deux planches (200x30x3 cm) qu'on pose le long des défenses sur le bord de la coque. Permet de s'amarrer à un quai défendu par les madriers verticaux ou autres amarrages comiques, comme on en voit de temps en temps.

Prévoir des morceaux de tuyaux d'arrosage d'un diamètre suffisant pour protéger les amarres du ragage.

Prévoir aussi une touline : c'est à dire un lance amarre d'une longeur d'environ 20 m, ce qui est largement suffisant. Elle peut être confectionnée avec du bout flottant (polypropylène) et un anneau de caoutchouc en bout de ligne (genre jeu de plage).

Discussion au mouillage
Discussion au mouillage

Le bon choix du mouillage
Fig. 1 - Le bon choix du mouillage

Lester le mouillage

Pour amémiorer la tenue du mouillage, particulièrement par vent fort, et pour éviter des rappels trop brusques, une bonne parade consiste à lester le mouillage. Si on ne dispose pas à bord d'un lest spécialement conçu pour cela, on peut, avec une grosse manille galva passée autour de la chaîne ou du câblot, laisser filer à l'eau un seau du bord lesté d'objets lourds (galets, morceaux de chaînes, etc...). On fait descendre le tout avec un bout léger, pour régler la position de ce lest sur la ligne de mouillage. Immédiatement, les mouvements deviennent plus doux et les rappels sont amortis.

Lester la ligne de mouillage améliore la tenue

Bout pour atténuer l'effort du guindeau
Fig. 2 - Bout pour atténuer l'effort du guindeau

Ancre flottante

Afin de ralentir la dérive du bateau en cas de fort coup de vent en mer et de permettre au bateau de dériver dans l'axe du vent sans vitesse excessive, prévoir une ou même deux ancres flottantes disposées en série et éloignées chacune d'au moins une vingtaine de mètres. Il est bon d'ajouter une dizaine de mètres de chaîne en amont des ancres flottantes de manière à ce qu'elles restent sous l'eau pour une meilleure efficacité.

Il semble que les parachutes (comme la Para-Tech Sea Anchors et les Galerider) soient plus efficaces et plus utilisés que les ancres flottantes traditionelles.

Le Galerider est simple à utiliser, sans complication, et il peut certainement aider un voilier dans des circonstances difficiles. Quoi qu'il en soit, c'est essentiellement un instrument de surface qu'il vaut mieux lester avec un peu de chaine ou autre poids.

Ancre flottante

C'est bien d'avoir un bon mouillage mais il est tout aussi important d'avoir des taquets d'amarrage qui tiennent le coup, il faut donc les vérifier et les renforcer si nécessaire.


Galerider-Drogues
Galerider-Drogues

Taquets d'amarrage solides et bien fixés
Taquets d'amarrage solides et bien fixés

Voir aussi :
- Choix bateau
- Gréement
- Achat bateau